On

ON

 

C'est un mardi vers quatre heurs de l'après-midi

Au mois de février

Dans une cuisine

Il y a une bonne qui vient d'être humiliée

Au fond d'elle-même

Quelque chose qui était encore intact

Vient d'être abîmé

Saccagé

Quelque chose qui était encore vivant

Et qui silencieusement riait

Mais

On est entré

On a dit un mot blessant

À propos d'un objet cassé

Et la chose qui était encore capable de rire

S'est arrêtée de rire à tout jamais

Et la bonne reste figée

Figée devant l'évier

Et puis elle se met à trembler

Mais il ne faut pas qu'elle commence à pleurer

Si elle commençait à pleurer

La bonne à tout faire

Elle sait bien qu'elle ne pourrait rien faire

Pour s'arrêter

Elle porte en elle une si grande misère

Elle la porte depuis si longtemps

Comme un enfant mort mais tout de même

Encore un petit peu vivant

Elle sait bien

Que la première larme versée

Toutes les autres larmes viendraient

Et cela ferait un tel vacarme

Qu'on ne pourrait le supporter

Et qu'on la chasserait

Et que cet enfant mourrait tout à fait

Alors elle se tait.

 

Jacques PREVERT

 




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site